Investissez… couverts !

Note de marchés de Jean-Marie Choffray

Si vous avez parcouru les documents que j’ai déposés sur Orbi ? sans doute vous rappelez-vous l’histoire du banquier belge – qui ne l’est plus aujourd’hui ! –, qui en 2007, s’adressant à un client confronté à un problème momentané de trésorerie, éructa : « Si votre entreprise ne peut dégager plus de rentabilité…, vous n’avez qu’à vendre des bananes ! » Douze mois plus tard, il en reçut une caisse pleine, lorsque « sa » banque fut déclarée en faillite technique !

Peut-être aussi, connaissez-vous l’histoire de ce « Broker » Américain qui, à l’automne 2012, envoya le message suivant aux utilisateurs de ses services ? « Dear Valued Client, We would like to inform you about a new business policy that has been implemented and will impact your account. After careful consideration, we have made the business decision to no longer open new accounts or handle new business transactions for clients located in certain foreign countries. Our records indicate that you reside in one of these identified foreign countries. As a result, we’ve had to limit your account to liquidating (closing) transactions only. This means that you will not be able to open new positions or make deposits into your account, and any opening orders (orders to establish new positions) will be canceled. » Ainsi, comme mes petites-filles, il semblerait que certains brokers, parmi les plus respectés, n’aiment jouer que quand il gagnent… Tout le temps !

Mais…, je suis sûr que vous ne connaissez pas l’histoire de cette banque franco-belge – pas celle à laquelle vous pensez, l’autre ! –, dont certaines filiales n’ont pu passer le moindre ordre sur les marchés financiers un certain jour de Mars 2014. Et dont les transactions – plusieurs milliers ! – dûment enregistrées sur ses serveurs, et précisément documentées par ses clients les plus méticuleux, n’ont été réalisées que trois semaines plus tard. Alors même que les marchés avaient chuté de plus de $5T (Trillion, mille milliards). Plus que le total de bilan de la Federal Reserve ($4,2T), ou que le PIB de l’Allemagne ($3,6T). Enfin…, serais-je tenté d’écrire, une banque responsable, professionnelle et élégante !

Tout cela, me direz-vous, n’a pas grande importance, tant que Mr. Obama et Mr. Poutine jouent au Poker Menteur ; ce dernier ayant, sans doute, perdu la respectabilité que l’art diplomatique de Mr. Lavrov avait mis tant d’années à construire. C’est la fin du trimestre. Les résultats tombent. Le vendredi 17/04 (Option Expiration) pourrait marquer une ligne de départ. De « belles » entreprises ont vu leur capitalisation boursière sévèrement corrigée, par exemple : SPWR, GNRC, DDD, IRBT, REGI, CPST, BLDP… Il est devenu urgent de relire, et d’appliquer intelligemment, les principes un et six de L’Art d’Investir Avec Internet…

Dans le « Désert des marchés », toutefois, n’oubliez pas que le risque de contrepartie est bien réel. Diversifiez vos sources de « Brokerage. » Investissez… couverts !

 

Note : cette Note de marchés ne peut, ni ne doit, être considérée comme formulant, ou suggérant, le moindre conseil d’achat ou de vente de quelque produit financier que ce soit. Son seul objet est d’émettre un point de vue, et de le partager avec la communauté des investisseurs sceptiques, seuls responsables de leurs décisions.

 

Jean-Marie Choffray

Professeur de marketing à l’ESSEC et à l’Université de Liège

Ce contenu a été publié dans Contributeurs. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

code