Print, baby, print…

 

Note de marchés de Jean-Marie Choffray

Un graphique vaut mieux qu’un long discours ! Celui, publié par ZeroHedge.com (Source : SocGen) le 16 Juillet 2014, mérite l’attention. Il reproduit l’évolution depuis Mars 2009 de l’indice S&P 500 et du total de bilan de la Réserve Fédérale. Puisque l’action de cette dernière est théoriquement autonome, il est raisonnable de penser que l’évolution du marché lui doit beaucoup, et non l’inverse.

Le problème est que r = e/p + g pour tous ! (L’Art d’Investir Avec Internet, disponible sur Orbi) ; et que, pour justifier un investissement, r (sa rentabilité) doit être supérieur à c (son coût d’opportunité, ou coût du capital). Si ce dernier s’accroît, suite à une augmentation des taux d’intérêt ou de la prime de risque, il faudra bien que g (la croissance de la rentabilité) augmente, ou que p/e (le PER, Price to Earnings Ratio) diminue… La complexité de la situation présente est entièrement résumée dans ce dilemme : si la Réserve Fédérale augmente les taux d’intérêt (directement ou indirectement), les entreprises n’auront d’autre choix que de travailler plus et/ou mieux (accroissement de g et/ou de e), ou d’accepter une moindre valorisation par les marchés (réduction de leur p/e) et, donc, un renchérissement significatif de leur coût de financement. Deux plats à déguster… avec modération !

Pour nous, modestes investisseurs individuels, cela implique de rechercher et de trouver dans un environnement adverse, des entreprises qui réussiront à générer, à l’avenir, une croissance significative (de leur activité et/ou, surtout, de leur rentabilité). Plus que jamais, il est urgent To sit down, shut up and… think ! en faisant appel à vos Stock Screeners préférés et autres boules de cristal !

 

Note : cette Note de marchés ne peut, ni ne doit, être considérée comme formulant, ou suggérant, le moindre conseil d’achat ou de vente de quelque produit financier que ce soit. Son seul objet est d’émettre un point de vue, et de le partager avec la communauté des investisseurs sceptiques, seuls responsables de leurs décisions.

 

Jean-Marie Choffray

Professeur de marketing à l’ESSEC et à l’Université de Liège

Ce contenu a été publié dans Contributeurs. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Print, baby, print…

  1. Simulation SimTrade : Blé de France

    Pour en savoir plus sur le price earning ratio ou PER, vous pouvez lancer la simulation SimTrade Blé de France.

    Encore merci au Professeur Choffray pour cette nouvelle note de marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

code