Mon expérience lors de la fusion Lafarge Holcim

Mon expérience lors de la fusion Lafarge Holcim

Oliver Begue.jpg

In this article, Oliver BEGUE (ESSEC Executive Education, Mastère Spécialisé Direction Financière Contrôle, 2020-2021) nous partage son expérience professionnelle lors de la fusion d’entreprises Lafarge Holcim en avril 2014.

La fusion Lafarge Holcim

Lafarge

En 2015 Lafarge était une entreprise française devenue numéro 1 mondial dans la production de ciment, béton et granulats dans le secteur du BTP avec un chiffre d’affaires de 12,8 Mds d’euros. Lafarge était côté à Euronext et faisait partie de l’indice CAC 40 avec une capitalisation boursière de 16,7 Mds d’euros.

Holcim

En 2015 Holcim est une entreprise suisse devenue numéro 2 mondial du même secteur d’activité que Lafarge (BTP) avec un chiffre d’affaires converti en euros de 19,9 Mds d’euros. Holcim était coté à la Bourse suisse (Swiss EBS Stocks) avec une capitalisation boursière convertie en euro de 21,5 Mds d’euros.

L’opération de fusion des deux entreprises

Le 5 septembre 2015, les deux groupes, Lafarges et Holcim, ont annoncé leur projet de fusion d’égal à égal (1 action Holcim pour 1 action Lafarge). Cette fusion avait deux principaux objectifs :

  • Générer de la trésorerie pour les actionnaires (dividendes par de meilleurs résultats)
  • Devenir le géant mondial du BTP pour concurrencer les entreprises fabriquant à bas couts des pays émergents.

Bilan de la fusion

L’opération de fusion a coûté plus de 2 Mds d’euros au Groupe soit le double du budget prévu. La Commission européenne, afin de valider la fusion des deux géants du BTP, a demandé la cession d’un périmètre de sociétés rentables des deux Groupes afin de maintenir la politique de concurrence de l’Union Européenne.

La fusion elle-même, et le volume d’entités cédées ont ainsi fait la une des journaux en 2015 et 2016 soulevant nombre de scandales (financement du terrorisme, obtention de l’appel d’offre du mur entre le Mexique et les Etats-Unis, présence non officielle en Iran…)
Depuis la fusion et suite à ces différents évènements, le Groupe a connu un désengagement de ses clients ayant pour conséquence la chute de son chiffre d’affaires qui atteint en 2019 24,6 Mds d’euros avec une capitalisation boursière de 27,2 Mds d’euros.

Le Groupe LafargeHolcim, en crise de croissance, rattrapé par la concurrence et les nouveaux marchés plus porteurs, et subissant le désintérêt sur le marché (chute du volume d’échanges) quitte ainsi le CAC 40 en juin 2018.

Mon expérience personnelle

La fusion Lafarge Holcim est un réel succès dans ma carrière professionnelle. En plus du volume de données à traiter étant donné la taille du groupe, les spécificités de chacun (groupe français intégré par un groupe suisse-allemand, deux outils de consolidation différents, un traitement normatif et une communication différence, une gestion RH différente), le réel challenge chez Lafarge Holcim était pour moi une question de légitimité. A à peine 24 ans, j’étais amené à valider des transactions, mais surtout à former des équipes (des centaines de personnes) aux nouveaux outils de consolidation. Former des équipes ayant mon âge en nombre d’année d’expérience fut compliqué. J’ai dû prouver mes compétences techniques et faire preuve d’empathie dans un contexte humain difficile afin de gagner la confiance de mes interlocuteurs.

Cette fusion a bel et bien été un tremplin dans ma carrière professionnelle. Néanmoins, je doute qu’elle ait été positive pour le Groupe.

Fusion d’entreprises : création de valeur ?

La fusion d’entreprises présentent des avantage set des inconvénients que nous listons ci-dessous :

Avantage :

A cout terme, la fusion Lafarge Holcim a bénéfié d’une réduction des couts fixes liés aux synergies (fermeture totale du siège social de Lafarge notamment), pour un total de 1,4 Mds d’euros. La fusion de ces deux Groupes permet aussi, dans un secteur où les ressources employées en investissements sont particulièrement important, à mutualiser les ressources et le réseau géographique en termes de périmètre de société du nouveau Groupe. Ainsi Le groupe accroîtrait sa solidité financière avec une forte génération de cash-flow et un bilan robuste.

Les implantations des deux entreprises sont complémentaires, Lafarge apportant une forte présence en Afrique et au Moyen-Orient ; Holcim, des positions majeures en Amérique latine et en Asie pacifique. La réunion de ces deux portefeuilles permettra au nouveau Groupe de disposer d’une présence géographique équilibrée dans 90 pays, dont 73 pays émergents.

Inconvénients :

Afin d’obtenir la validation de la Commission Européenne sur la fusion, les deux Groupes se sont accordés pour procéder à la cession d’un parc important d’actifs, principalement des filiales en croissance pour un total d’environ 6,5 Mds d’euros.

Aussi les synergies espérées ne représentent au total que 3,5% de la capitalisation du nouvel ensemble, ce qui est peu et ne sera pas suffisant pour combler les pertes liées au Chiffre d’affaires (scandales) et au besoin en financement toujours grandissant.

L’objectif de la fusion était de créer un géant du BTP leader incontesté du marché. Le résultat est un Groupe de taille moyenne, déficitaire, et qui tente de se désendetter en cédant toujours plus de filiales.

Ressources utiles

Rapport annuel 2014 de Lafarge

Rapport annuel 2015 de Lafarge Holcim

La Commission autorise l’acquisition, sous conditions, de Lafarge par Holcim

Précisions de Lafarge Holcim sur ses opérations en Syrie

Articles similaires sur le blog SimTrade

   ▶ All posts about professional experience in the SimTrade blog

A propos de l’auteur

Cet article a été écrit en septembre 2021 par Oliver BEGUE (ESSEC Executive Education, Mastère Spécialisé Direction Financière Contrôle, 2020-2021).

This entry was posted in Contributors, Professional experience and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

code